Oyakodon – Poulet domburi

Deux billets pour aujourd’hui… pas très régulier tout ça, mais je préfère le publier maintenant plutôt que le laisser traîner pour que vous ayiez encore de la lecture en milieu de semaine !

Pour une fois, une recette japonaise. Facile à faire et ‘achement bon !

Cette recette me vient de Sandrine (hop, de la pub gratos) et elle est sur le wiki depuis quelque temps déjà ! (Oui, on a un wiki pour les recettes de cuisine, on est geek ou on l’est pas !)

Bon alors, le problème de cette recette, c’est quelques ingrédients pas forcément évidents à trouver :

En l’occurrence, de la sauce teryaki (dans la recette originale de Sandrine c’est apparemment de la sauce soja, la teryaki va bien cela dit) – ça ça va ça se trouve à Carrouf (rayon « cuisine du monde » machin tout ça). Le vinaigre de riz ou mirin peut être un peu plus délicat ; Telemarket en a sur sa plateforme de vente en ligne, Monop’ doit en avoir en rayons aussi. Le plus dur, le dashi (le petit bâtonnet sur la photo) se trouve en épicerie japonaise (genre Kioko, 46 rue des Petits Champs à Paris 2e) ou sur le web (http://www.sushiboutique.fr/ – jamais testé mais ça a l’air pas mal). Le mien (acheté rue des petits champs) est sous cette forme :

Bon, une fois les ingrédients rassemblés (le poulet, les oignons et les oeufs devraient pas poser de problème😉 ), au boulot ! Histoire de pas oublier, on colle le riz au rice cooker – avec de l’eau et sans oublier d’appuyer sur le petit bouton, sinon ça sert pas à grand chose de pas avoir oublié :

On émince le poulet (200g) et les oignons (2) :

Pour la petite histoire, mon photographe attitré s’est un peu trop approché des oignons pour la photo, il avait les yeux encore plus rouges que moi qui les avais découpés ! Bref, le poulet dans une poêle bien chaude avec un peu d’huile au fond :

Une fois le poulet doré, on le réserve dans un coin et on met les oignons à la place dans la poêle

Ici ils ont déjà gagné un peu d’assaisonnement, qui vient après les avoir passé 3-5 minutes à la poêle. L’assaisonnement en question : quatre cuillers à soupe d’eau (ça ça assaisonne pas trop, OK), autant de sauce teryaki, deux cuillers à soupe de mirin et, théoriquement, une cuiller à café de dashi – j’ai mis tout le bâtonnet et ça allait bien aussi🙂

Une fois les oignons cuits, on rajoute le poulet :

et 5 oeufs (vous admirerez au passage la photo assez impressionnante je trouve)

Les oeufs sont brouillés légèrement et le feu tout doux le temps que les oeufs prennent. Bon, le tout est pas forcément très présentable dans la poêle :

Une fois servi c’est déjà un peu mieux. On peut décorer avec des tiges d’oignon jeune ou du nori grillé. J’avais pas, donc c’est bien comme ça ausi.

Décidément, ces bols sont trop grands. Je les avais achetés pour remplacer les fameux bols bleus qui sont pour le coup un peu petits pour ce genre d’application (du riz avec plein de trucs dessus mangés aux baguettes), mais j’ai visé un peu grand, que voulez-vous j’ai pas le compas dans l’oeil ça fait mal ! Du coup, j’ai deux splendides saladiers blancs😉

Cela dit, même dans des bols surdimensionnés, c’est très bon. Et il m’en reste pour demain midi !

5 réflexions sur “Oyakodon – Poulet domburi

  1. Ben tu vois Balise quand tu auras déménagé à Zürich, on a une merveilleuse épicerie japonaise et on trouve le vinaigre de riz à la migros… Dire que j’ai tous les ingrédients exotiques à la maison mais pas un morceau de poulet!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s