Soupe au chou-rave et à l’ail des ours / Kohlrabi and wild garlic soup



Dans la série des produits « exotiques », le chou-rave, c’est ça : Chou-rave (et ça se fait aussi très bien en gratin), et l’ail des ours, c’est ça : Ail des ours.

Et donc, ce midi, dans un instant d’inspiration, je me suis fait un gros bol de soupe de chou-rave parsemé d’ail des ours. Le raisonnement était que le chou-rave a un goût finalement assez doux – surtout avec de la patate et de la crème, et que le relever un peu ferait pas de mal. Inversement, l’ail des ours tout seul est un demi-chouille trash – donc autant essayer de marier les deux !

So, for those who don’t know those « exotic » products, kohlrabi is this: Kohlrabi (and it’s also very tasty in gratin), and wild garlic is this: Wild garlic.

For lunch, feeling inpired, I cooked myself a big bowl of kohlrabi soup sprinkled with wild garlic. The reasoning was that kohlrabi is pretty mellow – especially with potato and cream, and that spicing it up a bit would be nice. On the other hand, the wild garlic by itself can be a bit agressive – so putting them together seemed like a good idea!


Donc, soupe : deux tout petits chou-rave découpés en morceaux avec deux patates moyennes, et on fait revenir tout ça au beurre :

So, soup: two very small kohlrabis, diced with two middle-sized potatoes, and sauté everything in a bit of butter:

On couvre avec de l’eau, sel, poivre, et on fait cuire tout ça à couvert jusqu’à ce que l’ensemble soit cuit.

Cover with water, add salt, pepper, and boil it with a lid until everything’s tender.

Quand tout est cuit, ben… on mixe avec un mixer plongeant, on se rend compte que ça va prendre des plombes, on change d’avis, on sort le blender, on cherche après le foutu couvercle de ce foutu blender (qui est évidemment blanc quand on cherche un truc transparent), on met la soupe dedans, bzz bzz, terminé, servir, mettre un chlouc de crème, touiller, mettre des pluches d’ail des ours dessus, manger avec une tartine. Ou deux.

When everything’s cooked, well… mix it with a plunging mixer, see that it will take hours, change your mind, get the blender out, find the bloody lid of the bloody blender (that’s obviously white when you’re looking for a transparent lid), put the soup inside the blender, bzz bzz, done, serve, add a drop of  cream, stir, add sliced wild garlic on top, eat with a slice of bread. Or two.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s